Comment aider les clients victimes de violence domestique dans les situations d’hébergement sur place ?

C’est déchirant de lire la variété d’articles qui circulent sur les personnes vulnérables piégées chez elles avec leurs agresseurs en raison des mandats d’hébergement sur place pendant la pandémie de COVID-19. En savoir plus sur la violence conjugale

 

Malheureusement, l’expérience nous rappelle une réalité inquiétante, typique de ces temps incertains : Les conditions défavorables du marché du travail sont positivement liées à la violence domestique. Les recherches menées après la Grande Dépression des années 1930, la crise agricole des années 1980 et la Grande Récession de 2008 ont montré que les crises économiques ont des effets négatifs importants sur la qualité des relations intimes et de la parentalité dans les familles de travailleurs. Les conflits conjugaux, les abus (en particulier les comportements de contrôle violents) et la baisse de la qualité de la parentalité font partie des effets néfastes dans les familles d’un ralentissement macroéconomique.

Dans mon rôle de thérapeute en traumatologie, j’ai vu des dizaines de clients victimes de violence domestique lors des admissions cliniques et en consultation. J’ai également lu une multitude d’articles sur le sujet à propos d’études et de rapports provenant de différentes parties du monde. Les mandats de mise à l’abri ne sont pas une bonne chose pour les femmes et les enfants qui sont la cible d’abus. L’anxiété et l’incertitude anticipées de ces périodes peuvent provoquer un bouillonnement d’émotions négatives, entraînant des comportements qui augmentent le nombre déjà préoccupant de cas de violence domestique et de maltraitance des enfants. Il n’y a pas de manuel “comment faire” pour faire face à la situation actuelle, bien sûr, mais la sécurité de cette population vulnérable exige que nous fassions de notre mieux.

Comment la communauté des conseillers peut-elle aider les clients de la violence domestique qui sont piégés à la maison avec leurs agresseurs ? Je propose quelques suggestions :

 

Tendre la main entre les rendez-vous/séances. L’un des signes critiques de l’abus est l’isolement des victimes de violence domestique de leurs réseaux d’amour et de soutien. Une prise de contact occasionnelle de notre part peut donner à ces clients le pouvoir de nous en dire plus sur leur situation et peut-être même dissuader leurs agresseurs d’exercer davantage de violence, car nous continuons à prendre des nouvelles.

 

Écouter, simplement écouter. Les personnes victimes de violence domestique ont besoin d’une oreille empathique – quelqu’un qui leur permettra d’évacuer leurs émotions et leurs sentiments refoulés sans jugement. Nous ne devons pas donner de conseils, mais seulement écouter et faire preuve d’empathie. Il est juste temps d’établir la confiance.

 

Valider les sentiments, les émotions et les croyances des clients, même lorsqu’ils n’ont pas de sens. La meilleure façon d’établir la confiance avec les clients victimes de violence domestique est d’être présent avec eux. Nous sommes présents avec eux grâce à notre empathie par procuration, notre écoute active et notre validation compatissante. Notre empathie est vicariante parce qu’il faut payer un lourd tribut émotionnel pour se connecter à l’angoisse et à la souffrance d’une personne. L’écoute active exige que nous soyons suffisamment disciplinés pour nous concentrer pleinement sur ce que dit le client plutôt que sur la réponse que nous pourrions avoir en tête à sa situation. Les clients victimes de violence domestique ont besoin d’une validation – d’une validation compatissante – car bien souvent, leurs décisions (ou leur absence de décision), leurs circonstances et leurs croyances n’ont pas de sens pour nous.

 

Introduisez-les à des exercices de pleine conscience. Les clients victimes de violence domestique vivent dans un monde de peur et d’anxiété à cause du cycle de la maltraitance. Au début, ils sont inquiets à cause de leur confusion et de leur incapacité à donner un sens à la violence naissante et à la contrôler. Avec le temps, au fur et à mesure que les abus augmentent, l’inquiétude se transforme en anxiété et en peur.

La pleine conscience peut aider ces clients à prendre conscience de leurs émotions, de leurs pensées et de leur corps pour en prendre le contrôle et trouver la relaxation dont ils ont tant besoin. Les exercices de méditation ne doivent pas nécessairement être longs. Il existe de nombreux sites en ligne proposant des exercices courts et simples, de la respiration aux étirements, qui peuvent aider les clients à acquérir la conscience corporelle et émotionnelle dont ils ont besoin pour fonctionner.

 

Rappeler aux clients leurs forces et leurs qualités. L’un des avantages de la pratique de l’écoute active est la capacité de remarquer dans les récits des clients ce qu’ils ont oublié d’eux-mêmes : leur propre pouvoir, leurs qualités et leurs forces. En faisant cela, nous aidons les clients non seulement à survivre à leurs circonstances, mais aussi à se diriger vers un meilleur avenir en tant que survivants de la violence domestique qui méritent des vies ayant un sens et un but.

 

Aider les clients à démarrer un projet. En raison des mandats d’hébergement sur place, un plus grand nombre d’auteurs d’abus sont à la maison en permanence. Cela augmente l’état émotionnel de “marcher sur des œufs” pour les clients de la violence domestique. Nous pouvons aider à distraire ces clients de cet état en réfléchissant avec eux ou en leur suggérant un projet. Il peut s’agir d’un projet individuel basé sur leurs capacités, leurs forces et les qualités que nous avons remarquées dans leurs histoires, ou d’un projet qui implique leurs enfants.